Le granite du Mont-Blanc

 

Il s'agit d'un granite calco-alcalin à gros grains (porphyrique : mégacristaux de feldspath potassique de 4-5 cm max.), de couleur blanc-noir en général, datant de 303 ± 2 millions d'années, c'est-à-dire entre le Westphalien et le Stéphanien (in Capuzzo-Bussy, 2000). Il peut aussi prendre une couleur mauve, verte, orange. Sur sa bordure, sa texture devient plus fine et équigranulaire.
 

Sa composition est récapitulée dans les tableaux ci-dessous:

SiO2

Al2O3

K2O

Na2O

Fe2O3

CaO

MgO

TiO2

MnO

PF

Densité

72,00

13,96

4,63

3,82

2,38

1,09

0,68

0,30

0,04

0,82

2,65

Moyenne sur 17 échantillons d'après les analyses de B. Poty (1969).

 

SiO2

Al2O3

K2O

Na2O

Fe2O3

CaO

MgO

TiO2

MnO

P2O5

FeO

73,46

13,10

4,80

3,60

1.84

1,04

0,25

0,15

0,05

0,14

0,83

Moyenne sur 7 échantillons d'après les analyses de von Rumer et Bussy (2004).

 

 


Classification du granite du Mont-Blanc (données d'après B. Poty).


Il s'agit donc d'un granite à affinité Syéno-monzonitique.

 

 

 

 


Classification du granite du Mont-Blanc selon le diagramme de Shand (données d'après B. Poty).


 

Il s'agit donc d'un granite peralumineux, de type S ("sédiments") selon la classification des granites. Son origine est majoritairement crustale, avec une petite composante mantellique (in Capuzzo-Bussy, 2000), comme l'indique les nombreuses enclaves de roches basiques ("crapauds").

 

 

Sa bordure Sud-Ouest est intrusive dans des gneiss et des anatexites. Le bord Nord-Ouest de ce granite est en grande partie en contact tectonique (faille de l'Angle) avec des gneiss, et ponctuellement intrusif également à l'Ouest de l'aiguille du Midi jusqu'au Mont-Blanc, dans des migmatites. La partie Nord-Est est en contact avec un granite équigranulaire qui s'intercale entre des rhyolites.

Les minéraux accésoires les plus fréquents sont la pyrite, le zircon (mauve), l'anatase, la titanite, la fluorite (rose, rouge, verte, violette), le béryl, la molybdénite, la magnétite, l'hématite, la calcite, l'apatite. La masse granitique est parcourue de très nombreux filons de quartz, de puissance métrique par endroit, et ponctuée de fours, très recherchés par les cristalliers pour leurs beaux cristaux de quartz fumé et de fluorine rose.

Ce granite a subi un métamorphisme alpin dans le faciès schiste vert.


Granite du Mont-Blanc (secteur du glacier des Pélerins).


Granite du Mont-Blanc orangé (secteur du glacier du Tour).

 

 


Roc des Plines - Aiguilles Dorées (VS - Suisse)

Le granite du Mont-Blanc peut montrer deux faciès totalement différents sur une très courte distance : ci-dessus, le granite massif peu fracturé ou peu lithoclasé (sauf en surface) coexiste avec un granite fortement broyé qui ressemble à un "tas de cailloux".


Aiguille des Drus : imposant pilier de granite.


Granite de la face Ouest des Drus.
Roche à patine rousse = granite exposé depuis longtemps au soleil, aux intempéries, ...
Roche gris clair = roche fraiche issue des effondrements récents (2003-2008...)

 

 

 


Vue de détail de la face sommitale des Drus (2016).

Le granite y est très fracturé et forme des dièdres et de belles dalles. On peut noter la présence d'écoulements (clairs et ferrugineux). Cette eau provient de la fonte de la glace contenue dans les fissures de la roche.

 

 

 


Faille de l'Angle au niveau du glacier d'Argentière.
(rive gauche - versant Nord-Est des Grands-Montets)

 

 

 


Faille de l'Angle au niveau du glacier de la Mer de Glace.
(rive droite - versant Sud des Drus)

La faille de l'Angle, subverticale, dissèque la bordure de l'orthogneiss en contact avec le granite du Mont-Blanc, intact grâce à sa dureté. Ce dernier chevauche ici les gneiss selon un angle de 45° environ.

 

 

 


Pointe Louis-Amédée et son granite intrusif dans le gneiss (versant Sud-Ouest du Mont-Blanc).

Le granite du Mont-Blanc est ici intrusif subhorizontalement dans des gneiss et anatexites.

 

 

 


Granite du Mont-Blanc découpé par des fractures (lithoclases) formant des prismes.
(rive droite du glacier d'Argentière - versant Sud-Ouest du Chardonnet)

 

 

 


"Crapauds" dans le granite du Mont-Blanc (secteur moraine des Rognons).

 

 

 


"Crapauds" / enclave dans le granite du Mont-Blanc (secteur Mer-de-Glace).

 

Les "crapauds", terme venant des graniteurs (tailleurs de pierre) désignant une imperfection de la roche, ou enclaves micro-grenues sombres, sont en fait des gouttes de magma plus basique non digérées par le granite lors de sa formation. A noter sur la photo ci-dessous, l'allongement des enclaves selon une direction subverticale.

 

 

 


Secteur du Tour.

 

 

 


Le Mont-Blanc du Tacul et son contact gneiss / granite.

 

 

 


Contact intrusif du granite dans sa bordure Ouest de gneiss (pied de l'aiguille du Midi)  -  enclave énallogène de paragneiss migmatitique.

 

Lors de la formation du magma granitique du Mont-Blanc, la roche encaissante, ici constituée de gneiss, a perdue des petits morceaux d'elle-même, incorporés tel-quel dans le granite. Ces xénolithes sont très généralement de forme anguleuse type bréchique.

 

 


Texture équigranulaire.

 

 

 


Texture grenue avec quelques mégacristaux de feldspaths. Couleur mauve du quartz.

 

 


 


Texture porphyrique avec feldspaths en gros yeux. Roche très proche de l'orthogneiss.

 

 

 

 


Texture porphyrique avec feldspaths en dent de cheval (2-3 cm). Légère orientation des feldspaths.

 

 

 


Granite lithoclasé - Plan de l'Aiguille.

 

 

 


Secteur faillé et fortement fracturé au pied de l'aiguille du Midi. Le fauchage de couches y est clairement visible.

 

 

 


Contact granite / gneiss  sur un xénolithe (pied de l'aiguille du Midi).

 

 

 

 

Retour

Haut Accueil Géologie Roches Fossiles Mines Glaciologie Itinéraires Curiosités


Copyright (c) Chamonix - 2008-2019. Tous droits réservés.