Glaciologie

 

Panorama du mont Blanc vu depuis l'aiguille du Midi.
 

 

 

 

 

Glaciers

Glaciations

Traces

Formes

En 1900



 

 

 

 

 

Quelques bases de glaciologie

 

 

 


Coupe schématique d'un glacier (ici le glacier d'Argentière).

 

 

Un glacier se forme par accumulation de neige au fil des années. Cette neige s'entasse sous forme de névé, finit par se tasser en profondeur sous son propre poids et se transforme en glace. Dans nos régions tempérées, l'eau de fonte du névé et l'eau de pluie gèlent en profondeur, accélèrant le processus de transformation du névé. L'épaisseur de glace augmente au fur et à mesure et finit par atteindre un stade critique où elle se met à fluer vers l'aval. Le glacier est né! Selon l'épaisseur du glacier la pression peut devenir suffisante pour chasser les bulles d'air emprisonnées lors de la formation du névé. La glace devient alors très "pure" et bien translucide. C'est la glace bleue typique du fond des glaciers.

La glace se déplaçant, soumise à des contraintes externes (pente, relief sous glaciaire, frottements latéraux...), elle se déforme et se casse plus vite qu'elle ne peut fluer pour combler les vides : ce sont les rimayes, les séracs et les crevasses. N.B. : la glace est un matériau visqueux/cassant.

A l'avant de la glace, les matériaux rocheux présents sont poussés et forment une moraine. Pour cette construction, ils sont aidés par les éléments tombés sur le glacier et qui, par le fameux effet "tapis roulant", s'amassent au front du glacier.

Au cours de la descente de la glace vers la vallée, tout un tas de phénomènes se produisent :

- la glace fond et forme une bédière, sorte de ruisseau, voire de torrent selon sa taille, qui s'écoule en surface du glacier. Au bout d'une certaine distance cette eau rencontre une crevasse et tombe dedans formant un moulin, grand puits profond d'une centaine de mètres environ. Cette eau rejoint ensuite le fond du glacier où elle forme un torrent sous glaciaire, qui s'écoule au contact roche/glace jusqu'au front du glacier, formant en général à son embouchure une belle voûte de glace,

- les blocs de roche issus des versants forment la moraine latérale du glacier, entre la glace et la roche en place. Si jamais le glacier conflue avec un autre, cette moraine latérale se transforme en moraine médiane. Un grand glacier peut donc accumuler une moraine médiane à chaque nouvelle confluence, ce qui lui donne un joli aspect rubané (cf. Aletsch ou les glaciers d'Alaska...). Les matéraiux arrivant à se glisser sous le glacier forment la moraine de fond. Sous le poids de la glace ils sont en général broyés, écrasés, concassés... formant une texture argilo-caillouteuse compacte caractéristique.

 

 


Surface interne de la glace du glacier des Bossons.

 

On peut voir sur l'image ci-dessus de grands cristaux de glace  (3-4 cm) bien individualisés, engrenés et polarisés (croissance dans tous les sens) comme les minéraux d'une roche grenue telle que le granite.

 


Surface interne de la glace du glacier de Bionnassay.

 

Ici, la glace est devenu très altérée par l'eau et la chaleur. Les cristaux de glace s'individualisent en un immense puzzle de milliers de pièces toujours imbriquées.

 

 

 

Accueil Géologie Minéraux Roches Fossiles Mines Itinéraires Curiosités


Copyright (c) Chamonix - 2008-2021. Tous droits réservés.