Mines


Il existe de nombreuses galeries minières et mines abandonnées au pays du Mont-Blanc , ainsi que quelques "carrières", datant du XVIIIe au XIXe, voire du XXe siècle (pendant les deux guerres). Certaines exploitaient du minerai, d'autres des ardoises ou du "charbon". En voici une petite présentation :

Galerie du Laouchet

Galeries de la Chorde

Galerie de Chavanne-Neuve

Galerie Moreau

Mines des Baraques

Mines de Rochy

Barnes

Galerie de la Diosaz

Galeries de Montvauthier

Galerie des Labieux

Mines du Lac

Mine du communal du Lac

Galeries de la Fontaine

Galeries des Trapettes

Galeries des Montées-Pélissier

Mines de Vaudagne

Mine de Ste-Marie

Galeries des Varappes

Mine de la Barytine

Mines et carrières de Coupeau

Galerie des Faux

Galerie des Molliasses

Galeries de la Gruvaz

Galeries de Miage

Galeries de la Bérangère

Mines de Notre-Dame-de-la-Gorge

Galerie de Tré-les-Chosals

Carrières des Posettes

Carrière des Gorges de la Diosaz

Carrières de Montvauthier

Carrières du Prarion

Carrière du Nant Ferney

Carrière du Fayet

Carrière de Montcoutant

 

l_flag_iItaly.gif

Voir aussi Trou des Romains (Val Sapin-Courmayeur-Italie)

 

l_flag_switzerland.gif

Mine de l'Amône (Val Ferret-Valais-Suisse) + Le Mont Chemin (Valais-Suisse) + Les Marécottes (Vallée du Trient-Valais-Suisse) + Salanfe

     

     

Galerie du Laouchet

 

 

   
Galerie inondée.

 

Galerie de reconnaissance de 70 m environ sur un filon de quartz minéralisé en galène, tétraédrite, bournonite, pyrite et ankérite.

 

 

     

 

Galeries de la Chorde (ou de la Sourde ou des Argentières)

 

     

L'entrée aval et le filon.   La galerie aval.

         

         

Détail du filon.

         

Il s'agit de l'exploitation d'un filon polymétallique de sphalérite, pyrite, galène et chalcopyrite, ainsi que de malachite et de tétraédrite. Cette mine était active de 1782 à 1792 (selon M. DELAMETTE, in Le Pays du Mont-Blanc).

         

 

 

 

 

     

 

Galerie de Chavanne-Neuve

 

 

Galerie de 10 m de longueur sur un petit filon d'hématite.

 

 

 

 

 

 

Mine "Moreau"

     

     

Entrée de la mine.       Miroir de faille.

 

Galerie de reconnaissance foncée sur un filon de quartz moyennement minéralisé en galène, pyrite et tétraédrite.

         

 

 

 

 

 

Mines des Baraques

 

 

 
Fond de la galerie principale.

 


Les deux entrées, le déblai et les ruines des baraques.

         

    Deux galeries sont encore visibles, une en bas a son entrée obstruée par les déblais. Le filon exploité comprenait des minéraux comme la galène, la pyrite, la chalcopyrite, la baryte...

         

 

 

 

 

 

Mines de Rochy

 

Entrée de la galerie intermédiaire.   Galerie.

         

Travaux constitués de trois galeries superposées de 20, 26 et 14 m de longueur. Ils se situent dans le prolongement du filon des mines des Baraques mais du côté de la combe de Rochy. On pouvait y trouver de la pyrite, de la baryte, de la chalcopyrite, de la galène et de la tétraédrite.

         

 

 

 

 

 

Barnes

 


Site supposé de l'indice de Barnes dans le ruisseau du même nom.

 

Il s'agit d'un traçage de 2 m de long dans un filon de quartz, situé dans la combe de Barnes (ou Bornes?).

         

 

 

 

 

 

Galerie de la Diosaz

 

    
Photos: S. Briand

 

Petite galerie d'une vingtaine de mètres foncée dans les schistes Viséens (?) de la montagne de Pormenaz.

         

 

 

 

 

 

Galeries de Montvauthier

     

         
Galerie
supérieure.



Poche inférieure.
  

         

        Poche exploitée dans un filon de quartz contenant de la pyrite, de la galène et de la covelline, et mine en galerie avec baryte, galène et cuivre gris.

         

 

 

 

 

 

Galerie des Labieux

 

L'entrée des Labieux.   La galerie et le puits de 11 m.

         

La galerie, de 25 m de longueur, est encore observable au-dessus du site d'escalade, dans la forêt (Attention! À 8 m de l'entrée de la galerie se trouve un puits profond de 11 m, donc prudence en cas de visite!). Cette mine exploitait de la baryte, de la pyrite, de la galène et de la bournonite.

         

 

 

 

 

 

Mines du Lac

 


Entrée barrée de la mine Royale.

         

Une galerie d'une dizaine de mètres de long et un puits, situés en rive gauche de l'Arve, exploitaient un filon de quartz et de baryte contenant de la galène, de la sphalérite, de la bournonite et de la chalcopyrite. D'autres galeries et traçages sont également présents dans ce secteur, mais enfouis sous des remblais.

 

         


Galerie d'exploration dite de La Chapelle.

         

Il s'agit d'un filon de barytique très peu minéralisé exploré par une galerie de 5 m environ.

         

 

 

 

 

 

Mine du communal du Lac

 

          

 

Un petit filon de quartz contenant de la galène, de la sphalérite et un peu de chalcopyrite a été exploité en tranchée et en petite galerie et dépilage.

         

 

 

 

 

 

Galeries de la Fontaine

 

         
Entrée et amorce de galerie.

         

Quelques amorces de galeries ont prospecté des filonnets de quartz imprégnés de grains de pyrite et de chalcopyrite.

         

 

 

 

 

 

Galeries des Trapettes

 

        Plusieurs galeries sont encore observables, en rive droite de l'Arve, exploitant selon les auteurs: une masse ferreuse, du cuivre gris ou de la chalcopyrite. Il est à noter que le toit correspond à un miroir de faille (dont la mylonite pourrait faire penser à banc de "charbon"), que l'on peut suivre sur plusieurs dizaines de mètres côté amont. 

         

        Petite galerie en rive droite de l'Arve.

         

        La falaise où se situent ces galeries est parcourue de filons de quartz contenant de la chalcopyrite et des oxydes de fer.

         

        Courte galerie de recherche.    Concrétion "ferreuse".

         

 

 

 

 

 

Galeries des montées-Pélissier

 


Une des entrées des nombreuses galeries du secteur.

 

L'entrée de la galerie située au bord de la route blanche, au niveau de la bretelle d'accès venant de Servoz, ne fait que 5 m de long environ, jusqu'à un mur d'obstruction.

 

 

 

 

 

Mines de Vaudagne

 

     
Dépilage inférieur et entrée de la galerie supérieure effondrée.


Galerie supérieure (photo S. Briand).

         

Des tranchées et des réseaux de galeries (noyées maintenant), dont une d'au moins 20 m de longueur, ont servi à extraire de la pyrite, de la chalcopyrite et de la galène.

         

 

 

 

 

 

Mine de Ste-Marie

 

Dépilage supérieur.

Puits reliant deux niveaux

   

Travers banc inondé.

Boisages

         

Il s'agissait d'une exploitation portant sur un filon de quartz contenant des sulfures B.P.G.C. (Blende = sphalérite, Pyrite, Galène et Chalcopyrite). La puissance du filon était au maximum de 0,5 à 1,0  m. Il s'agit de la plus grande mine du secteur, exploitée sporadiquement sur plus d'un siècle. Cinq niveaux ont été excavés, celui situé le plus bas étant noyé par la nappe d'accompagnement de l'Arve.

         

     


Coupe du premier niveau de dépilage.

     

 

 

 

 


Topographie minière

 

La cartographie précise des galeries et mines nécessite quelques aménagements dans la technique de relevé : il faut effectuer des visées dans le noir complet, sur des points inaccessibles, à la verticale, sans espace autour de l'instrument et sur un sol caillouteux; et avec quelques handicaps supplémentaires : les pieds dans l'eau, accroupi, après une descente en rappel ou un "rampage", au sommet de vides... et surtout dans un environnement hostile, froid et humide!

     


Mesures accroupi.


(Photo S. Briand)


Charmante compagnie.


 
(Photo S. Briand)

 



 

 

 

 

Galeries de la Varappe

 

Situées en rive droite de l'Arve, au niveau du viaduc Ste Marie, 4 galeries de reconnaissance (3 petites et une plus grande) ont essayé de trouver un filon minéralisé.

         

La plus grande des galeries de la rive droite.

Entrée d'une des galeries en rive droite.

 

 

 

 

 

 

Mine de la Barytine (ou Gheugnière)

 

        Située non loin de celle de Ste-Marie du Fouilly, cette mine exploitait un gros filon barytique. On peut y trouver de la galène, de la blende, de la baryte, de la pyrite, de la chalcopyrite et en moindre mesure de la malachite et de l'azurite. Au moins trois niveaux ont été exploités sur la Barytine et deux galeries plus modestes sont situées un peu plus en aval.

         


Plan du site et des galeries.

         


Entrée de l'ancien dépilage.


Filon de baryte au toit du dépilage.


Entrée d'une galerie inférieure (L = 25 m).

 


Galerie arrivant au dépilage principal.

 


Pilier résiduel de filon barytique.


Rotonde.

         

         


Coupe de la Barytine.

 

 

 

 

 

 

Mines et carrières de Coupeau

 

Il existe dans ce secteur de nombreuses galeries de faible amplitude, exploitant de l'anthracite (en aval) et du schiste ardoisier (en amont). A signaler la petite carrière de la route de Merlet ou celle située sur le sentier du Christ Roi. Les mines d'anthracite exploitèrent quand même quelques centaines de tonnes de "charbon" par an à la grande époque ("vendues 25 frs à domicile").

 

L'une des entrées.   Galerie partiellement effondrée.

Stériles d'ardoises (déblais).

         

         

En 1898, il était possible de lire :

Nom des concessions

Date de l’institution (dernier acte fixant
l’étendue actuelle)

Nature de
l’acte institutif

Étendue en hectares

Communes sur lesquelles s’étend la concession

Substances concédées

Nom du concessionnaire actuel

Production en tonnes

Le Coupeau

20 août 1873

Décret

56,10

Les Houches

Anthracite

Payot Jean et consorts

215 t

 

 

 

 

 

 

Galerie des Faux

 

La "mine perdue" du B.R.G.M. selon la notice de la carte géologique "St-Gervais" : "Certains auteurs ont mentionné l'existence d'autres gisements que nous n'avons pas pu retrouver: [ ... ], et les Faux ( sur la commune des Houches).".

         

     

    L'entrée.


Le filon centimétrique de sphalérite et quartz.


La galerie.


 

Il s'agit en fait de la reconnaissance d'un filon métallique de très faible puissance (1 cm maximum à l'entrée) et de minéralisation moyenne de sphalérite ou "blende" (cf. photos).
La galerie fait 22,7 m de long, sur 1,3 m de large maximum et 1,8 m de haut maximum.


     


La galerie.


Sphalérite et quartz.


Plan schématique de la mine.

 

 

 

 

 

Galerie des Molliasses

 

      
Entrée et boisages.

         

La mine, longue de 25 à 30 m selon Ch. Vallot, a été obstruée suite à un éboulement. Elle exploitait les minéraux suivant : pyrite, mispickel, chalcopyrite, pyrrhotite, sphalérite et   galène.

 

 

 

 

 

Mines de la Gruvaz

 


Entrée de mine obstruée en rive droite.

 

Une exploitation de B.P.G.C. dans deux filons de quartz situés de part et d'autre du torrent de Miage, dans des roches sédiementaires du Lias.

         

 

 

 

 

 

Galeries de Miage

 


Alpages de Miage.

 

Une exploitation de cuivre, cuivre gris, galène et baryte, dans un gisement situé au contact gneiss/cargneules du Trias. Galeries effondrées non retrouvées.

         

 

 

 

 

 

Galeries de la Bérangère (ou d'Armencette)

 

Vue du site.    Entrées des galeries supérieures.

 

Dans le vallon d'Armancette, une exploitation de blende et galène formée de 3 galeries superposées de 2, 15 et 15 m de longueur.

 

 

 

 

 

 

Mines de Notre-Dame-de-la-Gorge

 

Les quelques entrées encore visibles.     

 

Une exploitation de B.P.G.C. Le réseau de galeries, creusé dans un schiste "douteux" à pendage subvertical, est presque entièrement comblé et effondré.

 

Entrée de la mine de l'Oratoire.    Entrée comblée de la mine de la Chapelle.

 

 

 

 

 

Galerie de Tré-les-Chosals

 


La galerie en elle-même fait 3 m environ.

 

En rive gauche du glacier de Tré la Tête, un tout petit  grattage de reconnaissance (8 m) de galène, de baryte, de cuivre et de sphalérite, dans un filon de quartz.

 


 

 

Carrières

 

 

 

 

Carrières des Posettes

 



Enrée de la galerie Est.



Baraquements des carriers.



Entrée de la galerie Ouest.


Galerie Est partiellement effondrée.

           

Il s'agit ici de l'exploitation de schiste ardoisier du Carbonifère, pour la fabrication d'ardoises pour les toitures ou pour les écoliers.

           

 

 

 

 

 

Carrière des Gorges de la Diosaz

 


Carrière d'ardoise de la Diosaz.

 

Une galerie et quelques "grattages" sont observables au fond des gorges de la Diosaz (gorges entièrement équipées pour la visite touristique).

 

 

 

 

 

Carrières de Montvauthier

 


Entrée de galerie boisée effondrée.

 

Exploitations d'ardoise à ciel ouvert ou souterraines. Ardoise de très bonne qualité selon les auteurs anciens, "comparable à celle d'Angers"...

 

 

 

 

 

Carrières du Prarion

 

Stériles (déblais) et tourbière.   Front de taille.

 

Le site correspond à quelques petites exploitations d'ardoises, dans les schistes du Wesphalien-Stéphanien.

 


 

 

 

 

 

La fonderie de Servoz

 


Fragment de scorie écoulée externe (collection S. Briand - 7 cm).

 

Le minerai exploité dans les différentes mines du secteur était descendu à dos de mulets et traité à Servoz, dans le secteur des bâtiments actuels des gorges de La Diosaz. A cet endroit, un certain nombre de bâtiments servait au broyage/concassage, au lavage, au raffinage et enfin à la fonte du minerai, plomb principalement mais aussi cuivre.

 

 

Haut Accueil Géologie Minéraux Roches Fossiles Glaciologie Itinéraires Curiosités


Copyright (c) Chamonix - 2008-2019. Tous droits réservés.