L'ancien lac de Servoz

 


Terrasses alluviales emboîtées de Servoz.
(photo sensible à la souris)

 


Lac résiduel après la vidange partielle de l'époque romaine.

 

 


Petit lac formé en 1471.

 

           
Blocs de calcaire sur le versant des Gures.


Chaos de blocs de calcaire.

 


Galerie romaine de la Ratériaz                   

Il n'est pas possible de parler du lac de Servoz sans évoquer la fameuse galerie romaine (?) de la Ratériaz. Cette galerie, creusée sous le col du Châtelard, date très probablement de l'époque romaine et aurait été utilisée comme chasse hydraulique pour une "industrie" sise en aval dans le vallon du Châtelard, voire près de Chedde (Cecillion et Miller - 1994). Cette industrie serait liée à une grande activité minière (bâtiments observés en 1880 par l'abbé Orsat dans le vallon), en lien avec la présence à Passy d'édifices romains, de grande importance pour une petite bourgade alpine: temple de Mars, bornes frontière  et présence - à l'époque - de hauts magistrats percepteurs.

Cette galerie, creusée depuis les deux extrémités Nord-Est et Sud-Ouest, dans les schistes viséens, mesurait à l'origine environ 78 m. Pour une largeur de 0,8 à 0,9 m et une hauteur moyenne de 1,8 à 2,0 m, le volume de rétention de cette chasse hydraulique devait être de l'ordre de 120 m3 environ. La provenance de l'eau reste encore discutée par les spécialistes, faute de datation précise de l'ouvrage et des terrasses alluviales présentes à Servoz. A priori l'eau provenait soit de l'Arve, soit d'un lac, soit d'un autre ruisseau (secteur de la Fontaine par canal?).


Sa forme tortueuse donne une bonne idée de la technicité romaine en matière de construction. En effet, les travailleurs ont réussi à se rencontrer vers le milieu de la galerie avec seulement quelques dizaines de centimètres de décalage horizontal et 0,7 m de décalage vertical. Néanmoins, il est curieux que la ligne droite n'ait pas été appliquée, étant infiniment plus simple et précise à réaliser et moins coûteuse en heures de travail. De plus, pourquoi utiliser ce secteur à grands frais alors que de nombreux cours d'eau s'écoulent partout ailleurs?

La présence d'un col, d'un vallon perpendiculaire à la ligne de crête et de deux niveaux de colline décalés en altimétrie peut laisser penser à la présence d'une faille normale à cet endroit, abaissant la montagne des Gures par rapport à Tête Noire.
 


Coupe de principe.

 

 

 

Haut Accueil Géologie Roches Fossiles Mines Glaciologie Itinéraires Curiosités


Copyright (c) Chamonix - 2008-2018. Tous droits réservés.